Grande Guerre

Un regard à la fois économique et social sur la période 14-18.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


C’est un regard à la fois économique et social, voire politique, que propose le Musée d’art et d’industrie de Saint-Étienne sur la période 14-18, à travers l’implication du Forez dans la Première Guerre mondiale. Saint-Étienne n’a pas connu les champs de bataille, la ville n’en a pas moins ressenti les soubresauts. D’abord avec nombre de groupements industriels créés aussitôt pour répondre aux besoins de l’armée, de la mine à la sidérurgie, de la mécanique au textile, et du fabricant à l’artisan. Une production tous azimuts partie prenante de la relance économique du territoire, usant les femmes et les hommes, épuisant les machines, subissant l’hyperproductivité et l’introduction du taylorisme. Mais non sans susciter des protestations autour des diverses fortunes rapidement constituées au nom de l’effort de guerre national. Une exposition déployée entre archives, dessins, photographies, armes, outils, affiches, et accompagnée par neuf personnages fictifs.


Bénéfices de guerre, guère de bénéfices ?, Musée d’art et d’industrie, 2, place Louis-Comte, Saint-Étienne (42), jusqu’au 14 mars.

Haut de page

Voir aussi

Articles récents