Hollande ultralibéral jusqu’en Argentine…

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Heureusement que François Hollande n’a pas connu Margaret Thatcher. Il aurait sans doute applaudi sa politique. C’est ce que l’on peut déduire des mots d’encouragement prononcés mercredi à Buenos Aires à l’endroit du nouveau président argentin Mauricio Macri. Un ultralibéral qui, en moins de deux mois, a déjà licencié vingt mille employés de la fonction publique.

Vous avez voulu mettre l’Argentine dans une situation nouvelle plus ouverte, plus crédible, a déclaré le Président français, la France est prête à vous accompagner.

Le peuple argentin va donc payer la note que lui présentent les « fonds vautours » américains qui exigent 9 milliards de dollars. Macri paierait 6,5 milliards à ces fonds spéculatifs qui ont grassement profité de la crise économique argentine des années 2001-2002. Soit une décote de 25%. François Hollande a là aussi apporté son soutien à Macri. Sans que l’on sache très bien s’il approuve la « décote » ou la capitulation du Président argentin…


Crédit photo: Omer Musa Targal / Anadolu Agency

Haut de page

Voir aussi

Articles récents