L’Espèce humaine

Le texte de l’écrivain et résistant communiste Robert Antelme adapté par l’historien Olivier Le Cour Grandmaison.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Par le texte poignant de Marguerite Duras, La Douleur, on sait dans quel délabrement physique l’écrivain et résistant communiste Robert Antelme est rentré en 1945 de Dachau. Une fois rétabli, il publia L’Espèce humaine, témoignage majeur sur l’enfer concentrationnaire nazi. Adapté par l’historien Olivier Le Cour Grandmaison, ce texte est présenté à La Parole errante (la salle d’Armand Gatti), mis en scène et joué par Maylis Bouffartigue avec le comédien rwandais Diogène Ntarindwa.


L’Espèce humaine, jusqu’au 6 mars, La Parole errante, 9, rue François-Debergue, Montreuil (93), la-parole-errante.org

Haut de page

Voir aussi

Articles récents