L’identité ou la haine de « l’Autre »

L’historien Roger Martelli analyse les causes profondes de la droitisation idéologique des sociétés occidentales.

Et si ce qu’on appelle « droitisation » n’était pas seulement un glissement à droite de notre paysage politique mais un changement radical de logiciel idéologique ? Cette hypothèse est le point de départ du dernier ouvrage de Roger Martelli, L’identité c’est la guerre. L’historien retrace la généalogie de ces idées d’abord minoritaires, voire marginales, et qui ont peu à peu envahi l’espace public, pour en analyser le contenu profond. Au début des années 1970, on les voit germer au sein de la Commission…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents