Syndicats : Le piège des « accords » et des « transactions »

La « simplification » du code du travail pourrait accentuer le déséquilibre entre les salariés et leurs patrons.

« Ce qui freine les réformes indispensables, c’est la défense acharnée des intérêts acquis dans beaucoup de domaines. » L’attaque contre les syndicats lancée par l’ancien président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, dans une interview au Journal du dimanche le 14 février, résume à elle seule l’état d’esprit du gouvernement de Manuel Valls. Plusieurs verrous protégeant les salariés sont en effet menacés par la « révolution » qu’il prépare avec la réécriture du code du travail. La mesure…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents