USA : La Cour suprême bloque la lutte climatique

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Dans une décision qui a surpris tout le monde, y compris la Maison Blanche, la Cour suprême américaine vient de suspendre la décision, demandée par le président américain, de mettre en place une réglementation (Clean Air Act) visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre des usines et des centrales électriques utilisant des combustibles fossiles, qu’il s’agisse de fuel ou de charbon. Un arrêt salué comme une « grande victoire » par les autorités de l’Etat de Virginie Occidentale qui sont à la tête de la contestation contre toute réglementation visant à réduire les émissions de gaz carbonique. Au nom des « intérêts des travailleurs de ce secteur et des dépenses qu’entraînent ces nouveaux textes.

Cette décision, prise par 5 voix contre 4, est le résultat des pressions des industriels du pétrole et surtout de ceux du charbon. Elle a été applaudie par tous les candidats Républicains aux primaires, ainsi que par les 27 Etats et les sociétés du charbon et de l’énergie, qui demandent l’abrogation de cette nouvelle réglementation éditée par l’Agence Fédérale pour l’environnement. D’après les spécialistes du droit fédéral, le circuit du système d’appel des arrêts de la Cour suprême peut permettre de repousser une décision définitive pendant deux ou trois ans. Un délai pendant lequel toutes les transformations des centrales pourront être repoussées.

L’arrêt de suspension met surtout en exergue les difficultés qu’éprouve le président Obama à faire accepter la teneur des accords passés à la Conférence de Paris. D’autant plus que la majorité des Sénateurs et des Représentants y sont hostiles et que les candidats Républicains à la présidence ont promis de s’y opposer si l’un d’entre eux est élu à la présidence au mois de novembre 2016. Pourtant, tous les sondages montrent que l’opinion des Américains évolue favorablement depuis quelques années. Une vaste enquête, menée par l’université de Yale auprès de 13 000 personnes, a notamment fait apparaitre que 74 % des Américains étaient pour une réglementation des émissions de gaz carbonique, que 63 % croient aux changements climatiques, que 51 % sont persuadés qu’ils affecteront les Etats-Unis et que 48 % pensent que le réchauffement est lié aux activités humaines. Bémol de taille : seulement 34 % des personnes interrogées affirment que leur vie quotidienne sera affectée.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents