Disparition : Jim Harrison

L’écrivain américain s’est éteint chez lui, en Arizona, samedi 26 mars, à l’âge de 78 ans.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Les grands espaces, la faune, la flore, la chasse et la pêche… L’œuvre de Jim Harrison est empreinte de nature, de cultures autochtones, peuplée de fermiers, de paysans, de trappeurs et d’Indiens. L’écrivain américain s’est éteint chez lui, en Arizona, samedi 26 mars, à l’âge de 78 ans. Il laisse derrière lui romans, poésies, essais et mémoires (traduits chez Robert Laffont, Flammarion ou Christian Bourgois), parmi lesquels Légendes d’automne est le texte le plus connu du grand public. Ce colosse à la gueule cassée (borgne très tôt), excessif à souhait, pouvait aussi être très critique à l’égard de son pays, qu’il qualifiait de « Disneyland fasciste ».


Haut de page

Voir aussi

Articles récents