« East Punk Memories » : À l’Est, no future

Dans East Punk Memories, la réalisatrice Lucile Chaufour retrouve d’anciens punks harcelés et réprimés par le pouvoir communiste dans la Hongrie des années 1980.

Éric Tandy  • 30 mars 2016 abonné·es
« East Punk Memories » : À l’Est, no future
© **East Punk Memories**, de Lucile Chaufour 1 h 20. Photo : DR

East Punk Memories raconte une autre histoire du punk rock, un genre né de façon totalement marginale et confidentielle à New York, puis devenu populaire en Grande-Bretagne et dans le reste de l’Europe, à l’Ouest comme à l’Est.

En Hongrie, par exemple, où Lucile Chaufour, déjà auteure d’un beau film sur les fans de rockabilly (Violent Days, en 2009), est partie à la recherche de ceux qui, dans les années 1980, s’étaient

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Cinéma
Temps de lecture : 3 minutes