« East Punk Memories » : À l’Est, no future

Dans East Punk Memories, la réalisatrice Lucile Chaufour retrouve d’anciens punks harcelés et réprimés par le pouvoir communiste dans la Hongrie des années 1980.

East Punk Memories raconte une autre histoire du punk rock, un genre né de façon totalement marginale et confidentielle à New York, puis devenu populaire en Grande-Bretagne et dans le reste de l’Europe, à l’Ouest comme à l’Est. En Hongrie, par exemple, où Lucile Chaufour, déjà auteure d’un beau film sur les fans de rockabilly (Violent Days, en 2009), est partie à la recherche de ceux qui, dans les années 1980, s’étaient reconnus dans les Sex Pistols, découverts via Radio Free Europe, la station de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents