Le pouvoir turc met la presse au pas

Le premier quotidien de Turquie, Zaman, a été placé sous tutelle judiciaire.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Un tribunal d’Istanbul a ordonné vendredi le placement sous tutelle judiciaire de Zaman, premier quotidien de Turquie. Cette décision de justice devrait se solder par la nomination de nouveaux administrateurs à la tête du groupe, également propriétaire de l’agence de presse Cihan.

Ce n'est pas une première en Turquie. En octobre 2015, un tribunal d'Ankara avait ainsi mis sous tutelle le groupe médiatique Koza-Ipek, confiant leur gestion à des administrateurs proches du pouvoir. Les médias de ce groupe sont aujourd'hui fermés.

À lire >> Il y a un an, ils se disaient «Charlie»...

Les raisons invoquées ? Le groupe Koza-Ipek avait été accusé de faire la propagande de l'imam Fethullah Gülen, ancien proche du pouvoir, devenu l'ennemi juré d'Erdogan après un retentissant scandale de corruption. Aucune précision n'a encore été donnée pour justifier la mise sous tutelle du quotidien Zaman. Mais celui-ci est réputé, lui aussi, pour ses liens avec  Fethullah Gülen.

Des dizaines de journalistes et de salariés se sont rassemblés au siège du quotidien pour dénoncer la censure de presse. Le rédacteur en chef Abdülhamit Bilici, a appelé «tous les démocrates à soutenir Zaman_»_.

Cette saisie intervient une semaine après la remise en liberté des journalistes du quotidien d'opposition Cumhuriyet, Can Dündar et Erdem Gül, incarcérés trois mois pour avoir révélé la livraison d’armes turques à des rebelles islamistes en Syrie. Ils doivent cependant être jugés à la fin du mois, et risquent la prison à vie.

À lire >> Turquie : Deux journalistes risquent la prison «à vie»


Photo : AFP / OZAN KOSE

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.