Notre-Dame-des-Landes : Les chevaliers du triton crêté

Sur le site du projet d’aéroport, un demi-siècle de gel foncier a considérablement profité à l’écosystème. Balade naturaliste à l’heure où la loi sur la biodiversité revient devant les députés.

Il pleut sur Nantes et sa région, et l’on comprend pourquoi les sols sont gorgés à Notre-Dame-des-Landes. L’imperceptible vallonnement du bocage peut incliner à en sourire, mais, hydrologiquement, il s’agit d’une « tête de bassin », sorte de -château d’eau. C’est plus clair sur une carte : de la zone d’aménagement différé – ZAD renommée « à défendre » par ses occupants illégaux depuis 2009 – sourdent une quinzaine de ruisseaux qui alimentent jusqu’à la Vilaine via l’Isac, ou la Loire via l’Erdre. Le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents