Annie Ernaux : « La honte est un sentiment révolutionnaire »

L'écrivain explique ici comment elle a écrit au « présent antérieur » un épisode capital de son existence. Et montre en quoi l’écriture est source de découvertes.

« Ces deux années, 58-60, m’ont rendue écrivain », a noté Annie Ernaux dans son journal, en 1988 [1]. C’est dire si cette époque a été déterminante alors qu’elle n’avait, jusqu’ici, jamais été au cœur d’un de ses livres, sinon dans un roman des débuts, un genre qu’Annie Ernaux a abandonné depuis longtemps. Ce livre, Mémoire de fille, est donc essentiel dans son œuvre. Annie Ernaux nous a reçu chez elle, dans cette maison de Cergy qu’elle a souvent décrite. Elle répond aux questions sur son livre sans…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Corps volants et coudes serrés

Culture accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents