Nuit debout : une irrésistible envie d’agir

Des citoyens ont gagné les places publiques pour prolonger et élargir le mouvement de protestation contre la loi travail, avec l’espoir d’en écrire une page inédite.

La dalle détrempée de la place de la République, à Paris, se noircit doucement, jeudi 31 mars en début de soirée. Un groupe se forme autour d’un mégaphone, en rangs serrés sous une bâche qui prend l’eau. Sans attendre 18 heures, comme si leur soif de parole n’était plus répréhensible, une centaine de personnes lancent un premier débat. « On est capable de le faire sur Internet, on peut le faire dans la rue ! », lance un jeune homme depuis l’extérieur du cercle, pour encourager les premiers intervenants.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.