Pesticides : la carte de France qui pique les yeux

L’association Générations futures publie pour la première fois une carte de France qui recense des centaines de témoignages de victimes des pesticides.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Les faits rapportés sont accablants: « Notre voisin traite environ une dizaine de fois par an, sans se soucier des vents, de l’heure, ni si les gens sont dans leur jardin. » « Nos symptômes après les traitements : problèmes oculaires, problèmes respiratoires, maux de tête, fatigue répétée. En outre, ma fille a développé une puberté précoce à l’âge de 6 ans.» « J’ai fait faire des analyses de cheveux par un laboratoire qui y a trouvé des pesticides pourtant je ne mange que BIO. » « Nous les avons manipulé sans trop de précautions, on n’en connaissait pas la dangerosité, avec un masque et sans cabine au niveau des tracteurs. J’ai déclaré la maladie de Parkinson en 2007. »

Des centaines de témoignages bouleversants de riverains, professionnels et collectifs luttant contre l’exposition aux pesticides ont été recueillis par Générations futures et géolocalisés sur une carte interactive. L’ONG travaille sur la question depuis le début des années 2000 et constate que le sujet est toujours d’actualité. Leur objectif est de « rendre visible les victimes des pesticides » qui les contactent tout au long de l’année pour raconter leur expérience, s’informer ou demander de l’aide pour aller en justice. Ce sont donc 200 témoignages qui ont été certifiés, mais 200 autres sont en cours de validation et 150 attendent d’être saisis.

Cliquez ici pour consulter la carte interactive

François Veillerette, porte-parole de l'association, a dénoncé « un dialogue de sourds » entre les professionnels de l'agriculture et les victimes, ce jeudi sur France Info. « Et c'est pour cela qu'on publie cette carte aujourd'hui. On veut que ce dialogue de sourd s'arrête, que chacun prenne la mesure de la gravité de la situation pour que partout on prenne des mesures et des arrêtés préfectoraux », a-t-il poursuivi.

En parallèle de cette carte de France, Générations futures a lancé une coordination nationale d’organisations locales de soutien aux victimes des pesticides composée pour le moment du Collectif info Médoc Pesticides et Alerte pesticides Léognan en Gironde, Allassac ONGF dans le Limousin, le Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l’Ouest en Bretagne, le Collectif mâconnais pesticides et santé ainsi que les relais locaux de Générations futures. Une collaboration avec des partenaires européens est en cours pour publier à l’automne des témoignages venant d’autres pays d’Europe.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.