Le casse-tête sur le glyphosate continue

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


La question du glyphosate reste en suspens. La décision concernant le renouvellement de son autorisation sur le marché européen a une nouvelle fois été reportée, faute de majorité qualifiée au sein de la Commission européenne. Le glyphosate, la substance active du Roundup, est au cœur d’une controverse scientifique depuis plusieurs mois, qui paralyse les discussions politiques.

« Puisqu'il était clair qu'aucune majorité qualifiée ne serait atteinte, le vote n'a pas été engagé », a expliqué un porte-parole dans un bref communiqué, ajoutant que la Commission allait désormais prendre le temps de la réflexion pour analyser les discussions qui se sont tenues les 18 et 19 mai à Bruxelles.

Selon une source européenne, plusieurs pays membres n'avaient pas encore affiché de position claire sur ce dossier, comme l'Allemagne. La division au sein de son gouvernement l'empêche de donner une réponse définitive : la chancelière Angela Merkel avait donné son accord, mais les ministères dirigés par les socialistes s'y opposaient. D'autres pays, comme la France ou le Luxembourg, ont affiché publiquement leur opposition.

Une source diplomatique a précisé à l’AFP que parmi les pays les plus réticents « la France et l'Italie ont insisté sur le fait qu'on ne pouvait pas décider d'une autorisation en l'absence d'une étude claire de l'ECHA », l'Agence européenne des produits chimiques, sur les effets du glyphosate. Ségolène Royal s’est vite réjouie de la « très bonne nouvelle » sur Twitter.

« Ce n'est pas une surprise, étant donné que la Commission a continué d'ignorer les préoccupations des scientifiques indépendants, des députés et des citoyens européens. Il est temps pour la Commission de changer de cap », a déclaré Franziska Achterberg, la directrice de la politique alimentaire de Greenpeace Europe.

À lire >> Dernier round pour le glyphosate

En mars, le comité d’experts avait déjà repoussé un premier vote. Mi-avril, les députés européens s'étaient lancés dans le débat, en demandant de ne renouveler l'autorisation que pour sept ans au lieu de 15 prévus initialement, de limiter l'utilisation aux professionnels, et de l'interdire près des parcs et aires de jeux.

L’échéance approche à grands pas puisque l’homologation du glyphosate expire le 30 juin. « Si aucune décision n'est prise avant, le glyphosate ne sera plus autorisé dans l'Union européenne et les États membres devront retirer les autorisations de tous les produits à base de glyphosate », a prévenu la Commission.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.