Nuit debout : « Une rupture sous le signe de la rencontre »

Pour la philosophe Marie-José Mondzain, Nuit debout constitue d’ores et déjà un événement s’inscrivant dans la mémoire collective. Elle en analyse ici la portée politique.

Marie-José Mondzain s’est immédiatement intéressée à Nuit debout. Elle s’est très souvent rendue place de la République, a beaucoup écouté et a été sollicitée pour y intervenir. En tant que citoyenne et en tant que philosophe, elle dit se sentir partie prenante de ce mouvement. Comment avez-vous perçu l’irruption de Nuit debout ? Marie-José Mondzain Comme une formidable occasion de sortir du sentiment d’impuissance, de découragement et d’affaiblissement des forces qu’impose le néolibéralisme. De la même…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents