Après le 49.3, l’interdiction des manifs ?

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Vous avez dit « passage en force » ? On ne croyait pas si bien dire ! Après avoir imposé la loi travail sans débats à l’Assemblée, avec le recours au 49.3, voilà que l’exécutif envisage d’interdire les manifestations syndicales. Manuel Valls, mercredi lors de la matinale de France Inter, puis François Hollande au Conseil des ministres, ont brandi la menace de l’interdiction. Manuel Valls avait d’abord dénoncé la « responsabilité » de la CGT dans les violences survenues en marge de la grande manifestation de mardi. « Je demande à la CGT, a-t-il dit, de ne plus organiser de manifestations sur Paris, et au cas par cas, nous prendrons nos responsabilités ».

François Hollande, ensuite, a été encore plus clair en annonçant qu’il n’y aurait plus d’autorisation de manifester si la préservation des « biens et des personnes » ne pouvait être « garantie ». Débats interdits à l’Assemblée nationale, manifestations interdites dans la rue : à quand le couvre-feu pour faire passer la loi travail ? Quant à Bernard Cazeneuve, il ne lui a pas fallu 40 secondes au journal télévisé de France 2, mardi soir, pour passer de l’assassinat de deux policiers par un terroriste à la responsabilité d’une affiche de la CGT dénonçant les violences policières. Un esprit d’à-propos très très mal placé…


Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents