Au Venezuela, la fin du rêve chaviste

Face aux pénuries et à l’inflation, les solutions politiques tardent à venir, suscitant la crainte du chaos. Correspondance à Caracas.

Jean-Baptiste Mouttet  • 15 juin 2016 abonné·es
Au Venezuela, la fin du rêve chaviste
© JUAN BARRETO/AFP

Chaque jour, Marta Hernandez se demande ce que sa famille va pouvoir manger. Dans sa petite maison qui surplombe la ville populaire de Petare, banlieue de la capitale Caracas, vivent dix personnes. Les enfants sont nombreux et la fratrie ne peut compter que sur trois salaires. « La situation empire. Il n’y a plus d’huile, de sucre, de café. La farine de maïs [à la base de l’alimentation vénézuélienne, NDLR] est très difficile à trouver. » À la flambée des prix (officiellement + 180,9 % en 2015, plus de 700 % en 2016 selon le FMI) s’ajoutent les pénuries qui affectent la distribution de nombreuses denrées mais aussi des produits d’hygiène, des

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Publié dans le dossier
Amérique du Sud : La gauche en panne
Temps de lecture : 6 minutes