Brexit : comment le camp du « out » s’est fait flouer…

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour que les mensonges des défenseurs du Brexit, Nigel Farage en tête, apparaissent au grand jour. Au lendemain de la victoire du « out » au référendum, le leader de Ukip (le parti d’extrême-droite britannique) et l’un des principaux militants pro-Brexit, revenait, lors d’un passage à la télé britannique, sur sa promesse de campagne.

Durant des mois, son camp avait défendu l’idée (et l’avait notamment fait savoir en l’écrivant en gros sur des bus à l’impérial) que les 350 millions de livres versés chaque semaine à l’Europe par le Royaume-Uni seraient, en cas de Brexit, reversés à la sécurité sociale (NHS). En réalité, le chiffre aurait d’ailleurs été gonflé par le camp des « out », mais passons…

À la journaliste de « Good Morning Britain » qui lui demandait ce matin s’il pouvait « garantir que cet argent irait bien au NHS », Farage répond : « Non, je ne peux pas le garantir, je crois que la campagne du “Leave” a fait une erreur, [de le promettre, NDLR] ». « Attendez, mais c’était un de vos arguments ! », s’exclame la journaliste. « Non, ça ne l’était pas », affirme Farage. La journaliste, interloquée : « C’était l’un des principaux arguments de la campagne du “ leave” […]. C’est pour cela qu’ont voté 17 millions de gens ! ». « Ils se sont trompés », bégaie Farage. La journaliste : « Vous dites maintenant que c’est une erreur, après que 17 millions de personnes ont voté pour quitter l’Europe sur la base de cette propagande ! ». Et Farage de tenter de noyer le poisson… Comme on dit en Angleterre : « To sin is to fall for a dirty trick » *. À méditer…

* « Se faire avoir par un sale coup, c’est pécher »


Haut de page

Voir aussi

Articles récents