« De nos frères blessés », de Joseph Andras : Un meurtre d’État

Dans son premier roman, De nos frères blessés, Joseph Andras raconte la condamnation à mort de Fernand Iveton.

Au regard d’une scène littéraire compassée et conventionnelle, la décision de Joseph Andras de refuser le prix Goncourt du premier roman ne pouvait passer inaperçue. Nous avons déjà évoqué les raisons de l’auteur – « La compétition, la concurrence et la rivalité sont à mes yeux des notions étrangères à l’écriture et à la création », a-t-il expliqué – et l’incompréhension subséquente du milieu médiatique qui a transformé le lauréat en suspect (cf. Politis n° 1404). Mais cette « affaire » ne doit pas…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.