Dernier jour du festival de chanson Ta parole

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Dernier jour pour le festival Ta Parole à Montreuil. L'édition 2016 continuant à défendre haut et fort une approche exigeante et chaleureuse de la chanson. Et de la musique en général.

C'est rabattus par une averse torrentielle à l'intérieur de la Parole errante, lieu absolument poétique et menacé d'une fermeture prochaine, que les festivaliers ont assisté, samedi, en début de soirée à un concert de Oppera. Un orchestre symphonique qui mêle des musiciens professionnels et amateurs et qui a présenté plusieurs ouvertures d'opéra dont celle de "La force du destin" de Verdi et un concerto pour flûte d'une compositrice, Cécile Chaminade. La belle interprétation d'une flûtiste au son chaud était agrémentée des improvisations d'une danseuse contemporaine qui passait délicatement entre les spectateurs sous les yeux des enfants assis par terre et d'un dessinateur qui croquait la scène.

Autre temps fort de la soirée : la prestation de Sages comme des sauvages. Un duo qui vaut le détour : mélange de sophistication et d'humour. Lui est en costume beige, une plume sur le couvre chef. Elle en robe bariolée collants résille rouge et coiffe d'indienne. Percussions, derbouka, guitare et violon, c'est plutôt sur des rythmes afros qu'amérindiens que ces deux compères arrivés de Belgique asseyent des compositions ciselées, pertinentes, exaltantes. Des interludes où percent un humour assez pince-sans-rire, une touche d'autodérision, une conscience politique qui cherche finement la complicité du public, mais surtout un travail sur des voix aux timbres peu communs, un sens des nuances, des ruptures de tempo et des variations harmoniques et climatiques font de Sages comme des Sauvages un groupe séduisant et éloquent.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents