Deux lycéennes étrangères interdites d’école dans le Gers

Sommées de quitter le territoire français, deux adolescentes ne peuvent se réinscrire dans leur lycée. Syndicats, associations et parents d’élèves crient au scandale.

Laure Hanggi  • 28 juin 2016
Partager :
Deux lycéennes étrangères interdites d’école dans le Gers
© Photo : FREDERICK FLORIN / AFP.

Leïla, 18 ans et Megi, 20 ans, sont au cœur d’un scandale. Lycéennes dans le Gers, à Mirande et à Auch, elles se sont vues refuser leur réinscription pour l’année scolaire prochaine. Leïla, élève en première L, vit actuellement chez la cousine de sa mère car son père, français, n’a pas les moyens de l’accueillir. Megi est en seconde professionnelle. Elle a fui seule son pays et n’a donc pas de famille en France.

Originaires respectivement du Burkina Faso et d’Albanie, les deux jeunes filles font l’objet d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF) – depuis janvier pour Leïla, juin pour Megi – alors qu’elles ont engagé des démarches pour obtenir un titre de séjour.

Pour les nombreux soutiens des jeunes adolescentes (associations, parents d’élèves…), ce refus serait le fait de l’intervention du préfet, M. Pierre Ory, auprès de la Directrice Académique des Services de l’Éducation Nationale (Dasen).

« C’est une décision illégale. Tout élève inscrit dans un cycle scolaire doit le terminer, s’insurge Richard Moyon du RESF. Il est inadmissible que l’Éducation nationale prenne en charge la répression d’élèves sans papier ».

Dans un communiqué commun, des organisations telles que la CGT-Éduc’action, Sud Éducation, l’UNEF, la FCPE ou encore RESF rappellent que « l’école est le lieu de l’éducation, de la culture et de l’enseignement des valeurs. Elle ne doit pas devenir celui de l’exclusion, de la délation et des arrestations. »

« Le droit à l’éducation prime sur tout le reste »

Les soutiens de Leïla et Megi insistent notamment sur la circulaire du 20 mars 2002, encadrant la scolarisation des élèves de nationalité étrangère dans les premier et second degrés. Il y est ainsi précisé « qu’en l’absence de toute compétence conférée par le législateur, il n’appartient pas au ministère de l’Éducation nationale de contrôler la régularité de la situation des élèves étrangers et de leurs parents au regard des règles régissant leur entrée et leur séjour en France. »

À la Dasen, on évoque également la circulaire de 2002 pour justifier cette décision : « On ne demande pas et on ne vérifie pas la situation personnelle des élèves, ce n’est pas de notre compétence. Mais à partir du moment où on nous informe qu’il y a obligation de quitter le territoire, on ne peut pas aller à l’encontre du ministère de l’Intérieur », explique Ghylène Esnault, de la Dasen. Elle ajoute que si la situation de Leïla et Megi s’est régularisée d’ici la rentrée prochaine, elles pourront se réinscrire.

En attendant le conseil départemental de l’Éducation nationale (CEDN) de jeudi prochain (le 30 juin), où le sort des deux jeunes filles devrait être évoqué, de nombreuses actions sont prévues, notamment autour de la journée d’inscription du lycée Le Garros, à Auch. Une pétition est également en ligne, avec un compte-rendu des actions mises en place.

Société
Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »
Reportage 29 mai 2024 abonné·es

« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »

Ce 28 mai au soir, des milliers de personnes, dont une majorité de jeunes, se sont réunies place de la République en soutien à la Palestine, avant de se retrouver pour certain·es au « Manifestival » organisé par Louis Boyard. Sébastien Delogu, le député ayant brandi un drapeau palestinien à l’Assemblée, y est apparu.
Par Éléna Roney
Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France
Presse 28 mai 2024 abonné·es

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France

L’Observatoire français des atteintes à la liberté de la presse (Ofalp) s’est lancé le 24 mai lors d’une rencontre publique, réunissant citoyens et journalistes. Il entend recenser et rendre publiques les entraves au droit d’informer, en publiant un rapport annuel.
Par Clémence Le Maître
Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »
Palestine 28 mai 2024 abonné·es

Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »

Environ 10 000 personnes se sont rassemblées dans la soirée du lundi 27 mai dans les rues de Paris, suite au bombardement d’un camp de déplacés à Rafah. D’autres manifestations en France ont eu lieu. La frappe israélienne, qui a eu lieu la veille au mépris du droit international, a tué au moins 45 réfugiés palestiniens.
Par Tristan Dereuddre
Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention
Reportage 27 mai 2024 abonné·es

Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention

Suite à l’action des forces de l’ordre le 23 mai, deux personnes ayant reçu des OQTF ont été placées 48 h en rétention administrative à Bobigny. Le lendemain, Politis s’y est rendu avec Alexis Corbière, député LFI exerçant son droit de visite. Depuis, l’un des hommes a pu sortir, l’autre a été transféré en centre de rétention administrative.
Par Pauline Migevant