Festival : Bien Urbain, le Bisontin

Une quinzaine d’artistes internationaux pour un temps de création d’une quinzaine de jours.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Pour sa 6e édition, le festival de Besançon accueille une quinzaine d’artistes internationaux pour un temps de création d’une quinzaine de jours en intervenant dans (et avec) l’espace public, investissant les murs, les rues et les parcs de la ville, y compris la citadelle. Une centaine d’artistes au total, dont une quinzaine à dimension internationale. Trois Français : Myr Muratet (photo), Olivier Toulemonde (création sonore), Clément Richem (plasticien) ; venus d’ailleurs : Daniel Munoz San (Espagne), Timofey Radya (Russie), et aussi du Portugal, des États-Unis, de Suède ou des Pays-Bas. Un festival pluridisciplinaire, parrainé cette année par l’Espagnol Escif, où le street art profitera aussi, en toute urbanité, des murs de la ville.


Bien Urbain, jusqu’au 30 juillet, à Besançon, bienurbain.fr

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.