Fréjus : le maire FN fait arracher des arbres pour Johnny Hallyday

Ces élus qui considèrent les arbres comme des meubles...

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


À gauche comme à droite, une grande partie des habitants de Fréjus continuent d’être indignés par l’arrachage il y a quelques jours de trente deux platanes de la base nature de la commune dans le seul objectif de dégager la vue de quelques milliers des spectateurs attendus le 2 juillet pour un concert en plein air de Johnny Hallyday. Cet espace de nature de 155 hectares voué aux loisirs ou à la promenade et baptisé « François Léotard » lors de son inauguration en 2007 est géré par la mairie.

Pour éviter de soulever les protestations, l’organisateur de cet événement musical, Minh Tran Long, co-responsable de la société organisatrice, La Patrouille de l'événement, avait simplement annoncé publiquement sa volonté « d’élaguer les arbres ». Pour gagner quelques places et donc quelques centaines d’euros. Ce qui, en cette saison, représente déjà un non-sens naturel et écologique. Mais une fois arrivés sur place, les « élagueurs » ont tout simplement arraché les arbres. Sans en informer le Conservatoire du Littoral, gestionnaire d’une partie de cet espace naturel qui comporte de plus une zone « Natura 2000 » de protection.

Aucune protestation ni aucun commentaire ne sont venus de la mairie dirigée par David Rachline, membre du Front national (FN) et sénateur du Var. Son entourage a simplement fait savoir que ce « nettoyage » ne mérite pas une polémique. Laquelle serait montée de toute pièce par les élus (minoritaires en mairie) de droite et de gauche. Cette indifférence n’est pas étonnante car le maire était d’autant plus au courant que La Patrouille de l’événement, à qui il a donné son aval, est une « compagne de route » du FN. A Paris, elle partage ses bureaux avec Jeanne, le micro-parti de Marine Le Pen, et la société Riwal, en charge des relations publiques du FN. Deux entités en délicatesse avec la justice pour leurs méthodes de financements électoraux (Voir notamment ici et ici).

Le maire FN de Fréjus s’est donc logiquement comporté comme beaucoup d’élus locaux de droite et de gauche, qui considèrent les arbres comme de simples meubles qui peuvent être arrachés ou coupés dans les villes et le long des routes au gré de leurs fantaisies, de leurs humeurs ou de leurs profits. Il s’agit pourtant d’êtres vivants promis à une longévité au moins égale et souvent supérieure aux êtres humains tout en façonnant des paysages.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents