L'art contemporain en sursis à Quimper

Une pétition a été mise en ligne pour protester contre la fermeture d’un centre d’art à Quimper. La Mairie se justifie en mettant en cause la baisse des dotations de l'État.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


A Quimper, la pilule ne passe pas. Mardi 6 juin, le maire de la ville, Ludovic Jolivet (LR) a acté la fermeture du Quartier, l’un des deux centres d’art contemporain de Bretagne.

« Jusqu’en 2014, tout se passait relativement bien », explique Jean-Yves Crochemore (1), président bénévole et « militant » du Quartier. Mais au moment du changement de majorité municipale [le prédécesseur de M. Jolivet, Bertrand Poignant (2008-2014), est membre du PS, NDLR], la Ville a rapidement annoncé des baisses de subventions. »

En effet, le Quartier voit ses subventions coupées de 15% en 2015 et en 2016, avant d’apprendre finalement que la Ville ne le financera plus à partir de 2017.

À la Mairie, on défend cette décision en expliquant que « la part municipale du financement du centre d'art s'avérait trop élevée par rapport à des situations comparables à l'échelle nationale. » (2)

En effet, sur les quatre financeurs du centre d’art – l’État, la région, le département et la Ville – c’est justement cette dernière qui amène le plus gros apport financier, depuis les 25 ans d’existence du Quartier. En 2016, après les baisses de subventions de la Ville, celle-ci versait au Quartier plus de 250 000 euros, sur les 600 000 euros de budget total du centre d’art.

Flop des négociations

Pourtant, depuis des mois, de nombreuses négociations se tenaient, entre les différents financeurs, pour essayer d’alléger la part de la Ville dans le financement du Quartier. La ministre de la Culture, Audrey Azoulay, avait même proposé une enveloppe supplémentaire de 20 000 euros ainsi que 100 000 euros pour le Conservatoire de musique et d’art dramatique de Quimper, dont une partie aurait pu être utilisée pour maintenir le centre d’art.

Pour Jean-Yves Crochemore, « les avancées proposées par l’État permettaient de maintenir le Quartier. » Mais à l’hôtel de ville, on estime que ces propositions ne sont pas suffisantes pour continuer de faire tourner le centre d'art.

La culture, victime de la baisse des dotations

Le sujet est cependant plus complexe qu’il n’y paraît. « C’est un choix politique de ne plus soutenir l’art contemporain, estime le président du Quartier_. L’argument économique est discutable, mais il n’en reste pas moins réel_ », concède-t-il néanmoins.

En effet, la forte baisse des dotations de l’État aux villes ne place pas Quimper dans une situation idéale. Selon la mairie, la municipalité devra faire face à une diminution de 700 000 euros en 2017. Une baisse qui s’ajoute aux 10 millions déjà perdus entre 2014 et 2016.

« Chacun comprendra que ce repli de l’État ne peut rester sans conséquence sur les politiques menées par la ville de Quimper, qui s’est engagée depuis deux ans dans une action rigoureuse de recherche d’économies de fonctionnement et de définition des priorités », justifie-t-on à la Mairie, qui explique avoir fait le choix de se concentrer sur les autres structures culturelles de la ville.

« On n’a jamais nié la légitimité de la ville dans ses décisions, mais la mairie a fait un choix radical pour des raisons économiques, alors qu’ils auraient pu faire autrement », se désole Jean-Yves Crochemore.

La fermeture du Quartier pose la question de la conséquence des baisses de dotations de l’État sur la politique et la marge de manœuvre des villes. Des municipalités qui, face à la diminution des dotations, sont obligées de faire des choix - en laissant en chemin sur la touche.

Une manifestation de soutien est prévue ce soir au Quartier.

(1) Jean-Yves Crochemore est aussi le directeur des relations extérieures et de la communication du Quartz, Scène nationale de Brest.

(2) Communiqué de la Ville de Quimper, « Quartier : Les propositions de la Ministre de la Culture ne permettent pas à la ville de poursuivre son soutien », 7 juin 2016

Lien de la pétition : https://www.change.org/p/collectif-quimper-cultures-non-%C3%A0-la-fermeture-du-quartier-centre-d-art-contemporain-%C3%A0-quimper


Haut de page

Voir aussi

La peste Zemmour

Politique accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.