Dossier : Amérique du Sud : La gauche en panne

Le Brésil panse sa gauche

Les mouvements sociaux veulent bâtir un nouveau projet progressiste en dépassant le Parti des travailleurs, compromis.

La tétanie a cessé le 18 mars : cinq jours après les manifestations monstres réclamant le départ de Dilma Rousseff, présidente du Brésil, la gauche et les mouvements citoyens progressistes saturaient à leur tour le pavé pour dénoncer une tentative de coup d’État orchestrée par la droite, alliée aux grands acteurs économiques. « Un moment déterminant où des millions de personnes ont montré la vitalité de la résistance. Tout en assumant les critiques portées contre le Parti des travailleurs (PT) », précise…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents