Le sourire des humbles

Il ne se serait rien passé de grand sans ce vaste mouvement social au cœur du Front populaire. À l'occasion de ses 80 ans, Politis publie un hors-série anniversaire.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Ce mois de juin aurait pu être l’occasion d’un simple anniversaire, comme la France les aime tant. Il y a quatre-vingts ans, le Front populaire… Des livres, des expositions, des numéros spéciaux de magazines… Une belle tranche d’histoire, illustrée de superbes photos en noir et blanc, puisque ces semaines glorieuses ont aussi été une fête pour quelques-uns de nos plus grands photographes. Cela aurait pu n’être qu’un vibrant moment de nostalgie, quand les médias s’enhardissent à montrer des drapeaux rouges, comme ils évoqueraient le Grand Siècle ou les batailles d’Empire. Mais l’histoire est parfois facétieuse. Les célébrations – d’ailleurs peu nombreuses – interviennent alors que notre pays est secoué par un mouvement social d’ampleur, et que la gauche est en proie à un trouble profond. Cette actualité imprévue conforte notre choix. Ce hors-série est une mise en perspective. Quelques-uns des meilleurs auteurs ont accepté pour Politis de retracer les événements de ces années 1936-37, en comparant les époques. Avec une question subliminale : à quoi nous sert le Front populaire aujourd’hui ? Cela supposait d’abord d’interroger l’histoire dans tous ses aspects, sombres ou lumineux. Quitte à bousculer la légende. Avant de mettre en évidence tout ce qu’il y a de comparable et de différent, politiquement, sociologiquement, culturellement… En vérité, nos auteurs nous le disent, tout ou presque est différent.

Pourtant, on ne se résignera pas ici à enfermer ce passé dans le folklore du « temps jadis ». Il n’était qu’à entendre François Hollande évoquer le Front populaire, récemment, devant la Fondation Jean-Jaurès, pour se convaincre que l’héritage est un enjeu. Quand l’actuel président de la République invoque la « constance réformatrice » de la gauche au pouvoir, et son « œuvre transformatrice », pour réussir à inscrire la loi El Khomri dans le prolongement des conquêtes du Front populaire, dont elle est pourtant l’exact contraire, on se dit qu’il y a décidément là un combat à mener. Avec ce numéro hors-série, nous espérons y contribuer.

Finalement, de cette plongée dans l’univers de la France de 1936, nous retiendrons surtout une leçon et une image. La leçon vaut pour aujourd’hui comme pour hier : elle nous dit qu’il ne se serait sans doute rien passé de grand sans ce vaste mouvement social qui a finalement été au cœur du Front populaire. Et l’image va de pair avec la leçon : ce sont les rires des grévistes occupant pacifiquement leurs usines, et ces visages joyeux dans les bals populaires ou sur les routes des premiers congés payés. Voilà bien l’essentiel : ce sourire des humbles, si rare et, hélas, si éphémère. Puisque nous connaissons la suite.

Commander le hors-série #64.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents