Les brumes électriques d’Heron Oblivion

Quatre musiciens de groupes underground californiens réunis pour un disque envoûtant aux trajectoires imprévisibles.

Psychédélique. Le mot a été suffisamment galvaudé pour ne pas être utilisé à la légère. Mais il désigne aussi une chose tellement fascinante qu’on est toujours heureux de le remettre en piste. Ce premier album d’Heron Oblivion s’y prête particulièrement. Venu de San Francisco, le quatuor réunit des musiciens ayant, ces dernières années, officié au sein de groupes aussi obscurs qu’Espers, Sic Alps ou Comets on Fire – ces derniers d’ailleurs repérés il y a quelques années et signalés dans ces pages pour un…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents