Nous. N’avons. Rien. Dit.

Je n’ai vraiment pas cru que les seuls faits de débattre et de militer pouvaient être criminalisés.

On s’habitue, t’as vu ? On s’offusque, on se scandalise, on gueule un peu – et des fois même un peu plus fort. Mais, à la vérité, par ces temps dégoûtants de « socialisme » régimaire, on s’habitue. On s’habitue à tout. On s’habitue au pire. On – toi, moi, nous – accepte l’inacceptable. Puisqu’il perdure. On a toléré, par exemple, que des militant(e)s écologistes soient assigné(e)s à résidence, sous le couvert – qui de fait les assimilait donc à de potentiel(le)s terroristes – de l’état d’urgence, et au…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents