Ce n’est pas ce que vous voyez

Trois albums pour changer de regard : sur le « je » et le genre, sur le point de vue et la cible, et sur les migrations.

C’est un poème en « il » et en « elle ». Pour les enfants qui se posent la question du « je » et du pronom qui leur va le mieux. L’histoire d’une petite Annabelle qu’on appelle Annabil et qui joue à devenir Buffalo Belle dans des western-vermicil. « À cet âge-là, pas de pérelle si tu préfères il à elle ou elle à il ». Olivier Douzou ne met pas de point final à ses phrases, comme pour ne pas clore le sujet, et il écrit les pronoms en gras dans ce texte parfois mieux lu à voix haute. Sur les pages, la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.