Comment ça marche ?

À Marvejols ou à Langogne, des théâtres se voient contraints de fermer ou de développer des projets moins ambitieux.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Romancier, Bernard Pingaud n’a cessé de s’interroger sur son art, la littérature. Aux célèbres éditions des Classiques Garnier, qui ont publié récemment un bel ouvrage collectif consacré à Nathalie Quintane, Bernard Pingaud signe un Précis de littérature très stimulant, dans lequel il s’attaque à de nombreux problèmes abyssaux. Non pas : « Qu’est-ce que la littérature ? », comme Sartre, mais : « Qu’est-ce qui fait littérature ? ». Ou encore : « D’où vient la nécessité d’écrire ? », « Quelle place pour le lecteur ? », « À quoi sert le roman ? »… Bernard Pingaud avance dans son raisonnement avec une acuité de pensée et un souci pédagogique admirables, qui raviront tous ceux que les questions d’écriture passionnent, mais aussi les simples lecteurs qui s’intéressent au « comment ça marche ? ».

Au fait, pourquoi un tel titre, L’Occupation des oisifs ? C’est la définition de la littérature donnée par Flaubert dans le Dictionnaire des idées reçues. Bon choix !


L’Occupation des oisifs. Précis de littérature et textes critiques, Bernard Pingaud, Classiques Garnier, 300 p., 19 euros.

Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents