Le plus grand écrivain du monde…

Il y a quatre-vingts ans, le premier roman de John Fante, La Route de Los Angeles, était refusé par tous les éditeurs. Un départ malheureux pour un auteur longtemps mésestimé.

Pauline Guedj  • 20 juillet 2016 abonné·es
Le plus grand écrivain du monde…
© Domaine public

Avril 1974. Stephen Cooper, futur biographe de John Fante, envoie une lettre à celui qui n’est alors qu’un obscur écrivain. Quelques jours auparavant, Cooper avait lu une interview du scénariste Robert Towne, dont le Chinatown venait d’être porté à l’écran par Roman Polanski. Towne y révélait sa difficulté, dans l’écriture, à saisir le parler populaire des années 1930 et expliquait que seul un livre l’avait mis sur la voie : Demande à la poussière, de John Fante. Selon lui, Fante était aussi l’auteur qui avait su le mieux capter l’ambiance du Los Angeles de l’entre-deux-guerres.

Intrigué, Cooper court les librairies à la recherche d’un exemplaire du livre. Sans succès, il finit par s’adresser à Fante. Celui-ci l’informe

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 7 minutes