Université d’été du PS Nantes, c’est fini !

Le Parti socialiste peut-il encore tenir des réunions publiques ?

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Le Parti socialiste peut-il encore tenir des réunions publiques ? La question est posée après l’annonce par Jean-Christophe Cambadélis de l’annulation de l’université d’été que le parti gouvernemental devait tenir du 26 au 28 août à Nantes. « Les conditions de tranquillité, de sérénité, de sécurité ne sont pas réunies », s’est justifié le patron du PS. Comme Manuel Valls, il incrimine « l’ultra-gauche ». Pourtant, les opposants à la loi travail qui perturbent fréquemment les réunions organisées autour de ministres pour défendre l’action du gouvernement ne se réduisent pas à cette mouvance.

Le 29 juin, à Bordeaux, Stéphane Le Foll a dû écourter son meeting après avoir été vivement chahuté par d’anciens militants mécontents de la ligne gouvernementale, donnant lieu à de nombreuses interruptions, interpellations et finalement expulsions par le service d’ordre. Le 1er juillet, à Montpellier, Manuel Valls, qui ­inaugurait un tramway, a été hué et sifflé durant tout son discours. Le 4 juillet, à Lille, c’est par une porte arrière que le porte-parole du gouvernement a dû accéder au meeting de « Hé oh la gauche », transformé en « réunion privée », pour éviter les manifestants bruyants qui faisaient le siège de la salle. Ces derniers mois, une cinquantaine de permanences socialistes ont également été dégradées.

Dans ce contexte, quitter La Rochelle, où se tenait traditionnellement l’université d’été du PS, pour Nantes, ville de toutes les contestations, n’était pas très judicieux. Depuis quinze jours, un appel invitait « toutes celles et ceux que ce gouvernement révulse à s’organiser partout pour converger à Nantes ». Plutôt que de tenir son université sous cordon de CRS et de gendarmes mobiles, le PS tiendra donc cinq à six universités régionales en septembre. Sans pour autant de garantie de tranquillité.


Haut de page

Voir aussi

Droit à l’avortement, cause universelle

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.