« Crue », de Philippe Forest : La vérité en eau trouble

Dans « Crue », Philippe Forest met en scène une gigantesque inondation qui serait la métaphore de la disparition du monde. Démoniaque et magistral.

De livre en livre, -Philippe Forest construit un univers cohérent, qui s’enracine, depuis son premier roman, L’Enfant éternel (1997), dans un événement tragique : la mort de sa petite fille de 4 ans. Dans Crue, qu’il fait paraître aujourd’hui, son narrateur, dénué de nom, a lui aussi perdu une fille du même âge. Mais Philippe Forest n’est pas dans le ressassement, plutôt dans un jeu d’échos, qui n’exclut pas l’ironie. Ainsi, lui qui a écrit deux livres directement sur la disparition de sa fille, fait dire…

Il reste 91% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents