Transitions solidaires

En Seine-et-Marne, un ancien céréalier passé au maraîchage biologique tente d’imaginer des coopérations nouvelles pour rompre l’isolement des néopaysans et accompagner les reconversions.

Les blés s’étendent à perte de vue sur les plaines bosselées du sud-est de la Seine-et-Marne. Mais dans cet épicentre de l’agriculture intensive, où les aides européennes de la politique agricole commune (PAC) pleuvent autant que les pesticides, poussent aussi des solutions. Depuis une quinzaine d’années, la ferme de Toussacq avance en éclaireur sur une route aujourd’hui capable d’attirer massivement les agriculteurs. Après sa conversion en agriculture biologique, le pari gagnant du circuit court et la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Contrôle au faciès : L’État en procès ce lundi

Sur le vif accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents