Transitions solidaires

En Seine-et-Marne, un ancien céréalier passé au maraîchage biologique tente d’imaginer des coopérations nouvelles pour rompre l’isolement des néopaysans et accompagner les reconversions.

Erwan Manac'h  • 24 août 2016 abonné·es
Transitions solidaires
© Erwan Manac’h

Les blés s’étendent à perte de vue sur les plaines bosselées du sud-est de la Seine-et-Marne. Mais dans cet épicentre de l’agriculture intensive, où les aides européennes de la politique agricole commune (PAC) pleuvent autant que les pesticides, poussent aussi des solutions. Depuis une quinzaine d’années, la ferme de Toussacq avance en éclaireur sur une route aujourd’hui capable d’attirer massivement les agriculteurs. Après sa conversion en agriculture biologique, le pari gagnant du circuit court et la création d’une « couveuse » pour accompagner les futurs agriculteurs, elle se lance désormais dans un projet coopératif novateur.

Tout commence en 2000 à la suite d’un déclic. Jean-Louis Colas, exploitant de 135 hectares de cultures et d’élevage de la ferme de Toussacq, vient d’ouvrir un gîte sur sa ferme familiale de bord de Seine, qui lui vaut la visite de nombreux citadins. « J’étais atterré de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 9 minutes