Dernier acte pour Confluences ?

Menacé d’expulsion, ce lieu artistique risque de rendre les armes après des années de lutte.

« Confluences, fin de partie ?! » En lettres rouges sur fond blanc, une banderole accrochée sur la façade du 190 boulevard de Charonne, dans le XXe arrondissement de Paris, résume la situation. Absurde et critique. Installée depuis 1975 dans un local du parc privé de 700 m2 au loyer trop onéreux – 102 000 euros, soit plus du tiers du budget annuel –, l’équipe de ce « lieu d’engagement artistique » demande depuis huit ans à la Mairie de Paris de lui trouver un nouvel espace.

Il reste 74% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.