Et si l’Allemagne quittait l’Euro ?

Joseph Stiglitz livre un réquisitoire contre la monnaie unique et esquisse des options pour en sortir.

La charge est violente pour les tenants de la monnaie unique. Ces « fondamentalistes du marché » qui perpétuent aveuglément les préceptes néolibéraux malgré leur échec patent. Le prix Nobel d’économie d’influence keynésienne Joseph Stiglitz prend d’abord soin de rappeler son statut de penseur « mainstream ». De Georges Papandréou, l’ancien Premier ministre grec, à l’administration Clinton en passant par la Banque mondiale, le chantre de la relance a délivré ses vues aux grands de ce monde. Il développe…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents