Festival de cinéma War on Screen à Châlons-en-Champagne

Montrer « la guerre à l’écran » s’avère une idée féconde et pertinente.

Christophe Kantcheff  • 28 septembre 2016
Partager :
Festival de cinéma War on Screen à Châlons-en-Champagne
© UPCB / Collection ChristopheL

Voilà un festival dont le seul défaut est son appellation : War on Screen. Pour le reste, l’idée de montrer des films qui tous, de près ou de loin, illustrent « la guerre à l’écran », s’avère féconde et, plus que jamais, pertinente. Le festival War on Screen, dont la quatrième édition se déroule jusqu’au dimanche 2 octobre à Châlons-en-Champagne (Marne), propose ainsi des thématiques qui résonnent fortement avec notre présent. Par exemple, « Vivre assiégé », avec en particulier le superbe documentaire de Ossama Mohammed et Wiam Siav Berdixan, Eau argentée ; ou « Fuir la guerre », avec notamment Les Égarés (1955), de Franco Maselli, La Permanence (2016), un documentaire d’Alice Diop sur le service de l’hôpital Avicenne où sont soignés des migrants, ou Les Sauteurs (2016), de Aboubakar Sidibé, Esthephan Wagner et Moritz Siebert, sur ceux qui espèrent traverser le mur de Melilla.

Un regard original est porté sur des cinéastes pas forcément attendus dans ce registre, Woody Allen et François Truffaut. Tandis qu’une belle programmation sur « la France et l’Algérie en guerre » permettra, comme l’explique l’un des programmateurs, Olivier Broche, dans sa présentation, de constater que contrairement à une idée reçue, certains cinéastes et producteurs français se sont rapidement emparés de ce conflit colonial pour en témoigner, comme René Vautier avec Avoir 20 ans dans les Aurès (photo), ou pour l’interroger. Vraiment, un festival stimulant.

Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don