La femme qui ne voulait pas jouer

Dans Le Silence de Molière, la fille de l’illustre dramaturge sort de l’ombre pour dire ce qu’une vie dévorée par la scène a de monstrueux.

Christophe Kantcheff  • 28 septembre 2016 abonné·es
La femme qui ne voulait pas jouer
© Photo : Pascal Victor/ArtComArt

Un jeune homme (Loïc Mobihan) sollicite une entrevue avec Esprit-Madeleine Poquelin, la fille de Molière et d’Armande Béjart. La pièce dans laquelle il entre est nue. Aucun accessoire sur scène, sinon un poste de radio anachronique d’où sort la voix de Michel Bouquet, le narrateur, qui vient d’introduire la situation. Le décor est à l’image de l’âme de la femme qui habite ici, âgée alors d’une quarantaine d’années : vide et froid.

Apparaît Ariane Ascaride en Esprit-Madeleine, tout de blanc vêtue, comme immaculée de la vie qu’elle n’a pas eue. Elle a

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Théâtre
Temps de lecture : 3 minutes