Laurent Wauquiez arrose les chasseurs et plombe les naturalistes

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes a trouvé un moyen radical de préparer les élections du printemps prochain. Il a fait voter une subvention de trois millions d’euros en faveur des associations et des fédérations de chasse. À la clé, la « sympathie » des 110 000 chasseurs de la région.

Pour que la mesure soit électoralement payante, il a pris deux décisions. La première est de prévoir que ladite subvention sera reconduite pendant les trois prochaines années. Et comme son budget n’est pas extensible à l’infini, il a compensé sa libéralité démagogique en réduisant sérieusement les subventions attribuées depuis des années par les conseils régionaux Auvergne et Rhône-Alpes aux associations de protection de la nature.

Pour justifier cette dernière décision, il a expliqué qu’il ne voyait aucune raison de financer ceux qu’il appelle des « opposants politiques ». Façon de couper les moyens à des protecteurs de la nature qui remettent en doute les façons dont sont gérées les questions de protection des écosystèmes et la sauvegarde de la faune, notamment la question du loup et du lynx. Des questions qui fâchent les chasseurs qui ne songent qu’aux gibiers.

D’ailleurs, pour justifier le soutien financier accordé aux associations de chasse, un soutien qui n’a d’équivalent dans aucune autre région, Laurent Wauquiez leur a confié officiellement la responsabilité de la protection de la nature et l’éducation à l’environnement. Ce paradoxe donnera le droit aux chasseurs de se rendre dans les classes de collège et de lycée de la région pour y faire la propagande de leurs conceptions de la nature et de leurs activités prédatrices. Lesquelles consistent à favoriser le gibier aux dépends de la préservation des espèces non chassables.

Les naturalistes et les écologistes, notamment ceux de la FRAPNA (Fédération Rhône-Alpes pour la Protection de la Nature) sont en colère de voir leurs actions désintéressées (vantées par le ministère de l’Écologie depuis longtemps) réduites à néant par ce choix. D'autant plus que les organisations de chasseurs jouissent déjà, au plan régional comme au plan national, de moyens considérables grâce à la part qu'ils perçoivent sur le prix des permis de chasse.

Une fois de plus, la préoccupation électorale sera néfaste pour la biodiversité. D’autant plus que Laurent Wauquiez claironne qu’il va bientôt « remettre de l’ordre dans la gestion et les protections imposés par le parc national de la Vanoise » qui se défend depuis des années contre les attaques des chasseurs et les projets immobiliers. Notamment pour obtenir enfin le droit de chasser le bouquetin et d’y construire de nouvelles stations de sports d’hiver…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents