Dossier : Télévision : À droite toute !

Les chaînes du libéralisme

Du traitement de l’info aux partis pris des journaux télévisés en passant par le choix des chroniqueurs, la télé est nettement passée à droite. Jusqu’au service public.

C’est la rentrée médias et France Télévisions annonce ses nouveautés. Thomas Thouroude (ancien d’i-Télé et ex-Canal+) vient animer sur France 2 « Actuality », énième talk-show de décryptage de l’actu. Autour de lui, une équipe tournante de chroniqueurs, baptisés des « éclaireurs », sans doute triés sur le volet : Jean-Christophe Buisson, rédacteur en chef du Figaro Magazine ; Nathalie Schuck, journaliste politique au Parisien ; Adelaïde de Clermont-Tonnerre, de Point de vue ; Eugénie Bastié, du Figaro.fr, réputée pour ses billets ultra-réacs, pro-Manif pour tous, anti-immigration et anti-avortement. On y croise encore Olivier Norek, un ancien policier, Emmanuelle Duez, patronne d’un cabinet de conseil, ou Mourad Boudjellal, à la tête du club de rugby RC Toulon.

Pas un représentant de la presse de gauche, pas un syndicaliste ou représentant d’association. Si « Actuality » n’est jamais qu’une émission de fin d’après-midi, diffusée à 17 h 45, son équipe est révélatrice de la droitisation du petit écran, à la fois toujours plus flagrante et insidieuse, du talk-show à l’information, toutes chaînes confondues, service public compris.

Il reste 87% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le mythe du renouveau macronien dans les eaux troubles de la « raison d’Etat »

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents