NDDL : Les zadistes passeront-ils l’hiver ?

La trêve hivernale débutant le 1er novembre, les zadistes ont fait le point avec leurs avocats.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


On se souvient des coups de menton de Manuel Valls au lendemain du référendum de juin dernier, proclamant que les habitants de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes seraient expulsés à l’automne. Or, la trêve hivernale débutant le 1er novembre, les zadistes ont fait le point récemment avec leurs avocats. La procédure légale veut que les personnes sur la zone se soient vues notifier un avis d’expulsion. Ce qu’aucun n’a reçu, même parmi ceux qui sont parfaitement connus par AGO, la filiale de Vinci propriétaire des terrains. Certes, AGO peut demander des « ordonnances sur requête », procédures non nominatives prévues lorsque des occupants sans titre ne peuvent pas être identifiés. Sauf que la filiale de Vinci s’est bien gardée de les rendre publiques. Sans doute de peur que les intéressés les contestent en justice ?


Haut de page

Voir aussi

Articles récents