Sécurité : Changer de stratégie

Et si les mesures sécuritaires faisaient le jeu de Daech ? Et si la lutte contre le terrorisme passait au contraire par plus de droits et plus de justice ?

Ingrid Merckx  et  Pauline Graulle  • 28 septembre 2016 abonné·es
Sécurité : Changer de stratégie
© Photo : Erick GARIN/AFP

Les politiques sécuritaires seraient-elles non seulement inefficaces contre le terrorisme mais également contre-productives ? C’est ce qui commence à se dire au sein de démocraties éprouvées par des attentats. « Le sécuritaire sert ceux qui nous frappent », alerte le politologue Jean-François Bayart le 15 juillet dans Libération. « Les États-nations occidentaux sont aujourd’hui devenus des États de sécurité nationale, dont l’obsession s’étend, au-delà du seul terrorisme, à l’immigration, à l’ultra-gauche anticapitaliste, aux lanceurs d’alerte… »

Face au terrorisme, le sécuritaire est présenté comme un mal nécessaire. À quel prix ? Un peuple sur écoute, comme l’a révélé Edward Snowden ; la proposition de déchéance de nationalité en France ; la confiscation des biens des réfugiés au Danemark ; des bombardements par drones au Moyen-Orient ; la prohibition de l’immigration à la frontière mexicaine ou en Méditerranée. Les démocraties tombent dans le piège tendu par Al-Qaïda puis Daech : la politique sécuritaire alimente le jihad. En outre, « elle n’a pas évité les attentats, qui n’ont jamais été aussi nombreux depuis 2001. Elle n’a pas tari le vivier des jihadistes », déplore encore Jean-François Bayart.

En octobre 2013, un rapport du Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) sur la « prévention de la radicalisation », signé Yann Jounot, ex-préfet des Hauts-de-Seine, critiquait le tout--sécuritaire. Et c’était avant l’attentat contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher de Vincennes. Le 17 février 2016, les directeurs de deux services de renseignements, Patrick Calvar (DGSI) et Bernard Bajolet (DGSE), lui emboîtaient le pas en déclarant que la réponse sécuritaire ne suffisait pas. Le 1er septembre,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société Police / Justice
Publié dans le dossier
La sécurité contre le sécuritaire
Temps de lecture : 9 minutes

Pour aller plus loin…

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »
Entretien 28 février 2024 abonné·es

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »

Dans son livre Les Choses sérieuses, la sociologue Isabelle Clair enquête sur les amours adolescentes et examine la manière dont filles et garçons entrent en relation.
Par Hugo Boursier
Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta
Enquête 28 février 2024 abonné·es

Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta

Si les politiques publiques contre le harcèlement scolaire ont été renforcées, celles contre les agressions entre élèves demeurent confidentielles. Elles laissent les personnels dépourvus de cadre et les victimes souvent seules face à leur traumatisme.
Par Pierre Jequier-Zalc
Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet
SNU 27 février 2024

Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet

Dans une publication sur X (ex-Twitter) de la direction des services départementaux de l’Éducation nationale de l’Hérault, rapidement supprimée, des jeunes volontaires du SNU célébraient leur fin de séjour de cohésion par une chorégraphie au son d’un gospel. L’an dernier, dans ce centre, un intervenant extérieur a appris à des jeunes à tirer au pistolet.
Par Hugo Boursier
À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier