Syrie : Une trêve incertaine

Les armes se sont tues, lundi à 19 heures. Mais les précédentes trêves avaient surtout permis au régime de reconquérir du terrain.

Politis  • 14 septembre 2016
Partager :
Syrie : Une trêve incertaine
© Photo : Yang Zhen / NurPhoto / AFP

La trêve, dite de « la dernière chance », était globalement respectée, mardi en Syrie. Les armes se sont tues, lundi à 19 heures, juste après l’entrée en vigueur du cessez-le-feu qui résulte de l’accord entre Moscou et Washington. La Russie a annoncé avoir dépêché des militaires sur la route du Castello, un axe vital pour acheminer de l’aide humanitaire dans les quartiers rebelles d’Alep, la grande ville du nord. On ignorait si l’armée syrienne s’était retirée de la zone. Malgré cela, le scepticisme prévalait toujours dans les rangs des rebelles qui tiennent des positions à Alep, à Idlib, un peu plus au sud, et dans la province de Homs. Les précédentes trêves avaient surtout permis au régime, aidé par l’aviation russe, de reconquérir du terrain.

Si l’organisation État islamique (Daech) est évidemment exclue du cessez-le-feu, et si les bombardements de la coalition se poursuivaient, surtout à l’est de la Syrie, la situation n’était pas claire quant au sort réservé au Front Fateh al-Cham (ex-Al-Nosra).

Cette organisation jihadiste, elle aussi exclue de l’accord, fait partie intégrante de la rébellion. Or, le secrétaire d’État américain, John Kerry, a affirmé que le régime devrait s’abstenir de mener des raids « dans toutes les zones où se trouve l’opposition ». Une contradiction qui peut légitimer à tout instant une rupture de la trêve. Mais la principale interrogation porte évidemment sur la suite. La trêve, qui doit théoriquement s’appliquer jusqu’au 18 septembre, devrait être suivie d’une reprise de la négociation sous l’égide de l’ONU. Moscou et Washington se retrouveront alors face à leur désaccord. Moscou continuant pour l’instant à soutenir le régime de Damas. Après cinq ans et demi de guerre civile et plus de 300 000 morts.

Monde
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »
Résistance • 25 janvier 2023 abonné·es

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »

Deux ans après le coup d’État militaire, le mouvement de résistance pro-démocratie ne fléchit pas. Cependant, l’issue de sa lutte dépend du renforcement des soutiens extérieurs, jusque-là timides.
Par Patrick Piro
« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »
Entretien • 4 janvier 2023 abonné·es

« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »

Le chercheur béninois Francis Laloupo étudie depuis longtemps les enjeux géopolitiques de l’Afrique et les conflits qui y émergent, particulièrement en Afrique de l’Ouest. Cette région connaît aujourd’hui des soubresauts qui contrecarrent ses avancées vers la démocratie. L’ex-colonisateur français en porte une responsabilité non négligeable, estime le chercheur.
Par Patrick Piro
Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni
Monde • 14 décembre 2022 abonné·es

Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni

Depuis l’élection du gouvernement d’extrême droite en Italie, les mouvements pro-vie et anti-genre prennent de l’ampleur et s’emploient à infléchir la législation dans le sens de leurs combats.
Par Irene Fodaro
De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens
Répression • 9 décembre 2022 abonné·es

De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens

Accusés de tous les maux par Ankara et par Téhéran, les partis d’opposition et les groupes rebelles kurdes vivent des heures très difficiles en Irak et en Syrie. Si la « communauté internationale » ne cache pas sa préoccupation, personne ne semble en mesure de mettre fin à un cycle devenu infernal. Décryptage.
Par Laurent Perpigna Iban