Syriens au Liban : De « l’occupant » au réfugié…

Le Liban accueille un million et demi de Syriens fuyant le conflit dans leur pays. Une situation qui réveille le souvenir douloureux des années de guerre civile.

Margaux Mazellier  • 28 septembre 2016 abonné·es
Syriens au Liban : De « l’occupant » au réfugié…
© Photo : STEPHANE DE SAKUTIN/AFP

Quand on parle de la vie sous l’occupation syrienne, Sami Braidy se ferme. « Trop dur », laisse échapper le vieil homme. Ce catholique de 72 ans vit depuis toujours à Zahlé. Cette ville à majorité chrétienne de la plaine de la Bekaa, au centre du Liban, a beaucoup souffert pendant l’occupation : « On était encerclés par les Syriens. Ils nous rendaient la vie impossible. » En juin 1976, à l’appel des leaders de la communauté chrétienne au pouvoir à Beyrouth, l’armée syrienne pénètre au Liban. Elle n’en partira qu’en 2005. Pendant presque trente ans, les 14 000 soldats envoyés par le régime d’Hafez Al-Assad ont occupé le pays du Cèdre, terrorisant chrétiens et musulmans.

Aujourd’hui, il n’y a plus de soldats syriens au Liban. Ni à Zahlé ni ailleurs. La plupart des Syriens sont des réfugiés qui tentent d’échapper à la guerre civile qui ravage leur pays depuis 2011 et qui a fait plus de 280 000 morts. Selon l’UNHCR, on compte plus d’un million de réfugiés syriens au Liban. La plaine de la Bekaa en abriterait à elle seule plus de 360 000. Un chiffre en constante augmentation. Mais, au contraire de l’armée syrienne d’occupation à dominante chiite, ces migrants sont en majorité sunnites et fuient le régime

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 7 minutes

Pour aller plus loin…

Géorgie : face au gouvernement pro-russe, la guerre culturelle
Reportage 28 février 2024 abonné·es

Géorgie : face au gouvernement pro-russe, la guerre culturelle

Face à la purge menée par l’actuel gouvernement pro-russe, les artistes et les responsables d’institutions culturelles se rebiffent. Ils dénoncent une mainmise du Kremlin sur le pays, qui a redoublé depuis le début de la guerre totale en Ukraine, et luttent contre le retour de l’influence russe.
Par Audrey Lebel
En Allemagne, la traque aux pro-palestiniens
Allemagne 26 février 2024

En Allemagne, la traque aux pro-palestiniens

Une association étudiante de l’université de Bayreuth, en Bavière, est attaquée en justice après avoir organisé un colloque en faveur d’une paix juste et durable au Proche-Orient entre les peuples palestinien et israélien.
Par Denis Sieffert
Malgré le choc, « ne pas abandonner » le combat de Navalny
Reportage 23 février 2024

Malgré le choc, « ne pas abandonner » le combat de Navalny

Un rassemblement en hommage à Navalny s’est tenu le 22 février à Paris. Politis s’y est rendu pour comprendre comment les Russes en exil voient désormais la lutte contre le régime de Poutine.
Par Pauline Migevant
« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »
Françafrique 21 février 2024 abonné·es

« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »

Le Sénégal portait en France l’image flatteuse d’une « vitrine démocratique » en Afrique de l’Ouest. Mais le report par le président Macky Sall du scrutin présidentiel du 25 février a brutalement changé la donne. Un « coup d’État civil », qualifient la journaliste Fanny Pigeaud et l’économiste Ndongo Samba Sylla, coauteurs d’un nouvel essai sur la Françafrique.
Par Patrick Piro