Dossier : La Semaine du goût : Une défaite de la cuisine française

Ceux qui cuisinent au plaisir

Produits locaux, terroir, agriculture raisonnée, proximité… Portées par l’éthique, les initiatives de chefs ne manquent pas.

Si deux tiers, ou plus, des restaurants français ont cédé aux sirènes de l’agro-alimentaire, le tableau n’est pas entièrement sombre puisque près d’un tiers se montre encore attaché à une certaine éthique en cuisine. Et ils sont nombreux comme Xavier Hamon, à Quimper, ou Paul Courtaux, à Palavas-les-Flots, à refuser de se laisser dicter leur menu par l’agro, prouvant en même temps qu’il est possible de bien manger sans passer forcément par les élites du guide Michelin. Ils sont nombreux, disséminés sur…

Il reste 82% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents