Drogues : Une salle de conso à Paris

La première salle de consommation à moindre risque, dans le Xe arrondissement de Paris, a été inaugurée mardi 11 octobre.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La première salle de consommation à moindre risque (SCMR), située au sein de l’hôpital Lariboisière, dans le Xe arrondissement de Paris, a été inaugurée mardi 11 octobre par Anne Hidalgo, maire de la capitale, et Marisol Touraine, ministre de la Santé, après trois ans de bataille politique. Ce « nouvel outil de réduction des risques » est installé dans un quartier très fréquenté par des usagers de drogues précarisés. Certains habitants, soutenus par la droite parisienne, s’étaient opposés au projet, bien que cette structure doive permettre aux usagers de ne plus investir parkings ou cages d’escalier, les riverains retrouvant ainsi tranquillité et sécurité. L’association Gaia, qui gère ce lieu offrant des conditions d’hygiène dignes et des consultations médico-sociales, prévoit jusqu’à 350 passages par jour. Un moyen aussi de rencontrer une population marginalisée, souvent inconnue des structures classiques de soin. Une SCMR doit aussi ouvrir à Strasbourg d’ici à un mois.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents