Manuel Valls annonce la construction de 33 établissements pénitentiaires

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le Premier ministre a dévoilé ce jeudi le plan gouvernemental destiné à « lutter » contre la surpopulation carcérale. Trente deux maisons d’arrêt et un centre de détention devraient ainsi être bâtis, principalement en Île-de-France et en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Depuis Agen, dans le Lot-et-Garonne, Manuel Valls s’est exprimé au côté du ministre de la Justice, Jean- Jacques Urvoas, célébrant la remise des diplômes de la 190e promotion des élèves l’École nationale d’administration pénitentiaire (ENAP) :

Dans les dix années à venir [...] vous verrez nos prisons changer. Vous verrez le monde carcéral évoluer.

Par ailleurs, le plan prévoit la mise en place de vingt-huit « quartiers de préparation à la sortie », la réhabilitation de douze sites pénitentiaires et la construction de seize autres. Mais « nous devons agir vite », a lancé Manuel, rappelant qu’il faut en moyenne dix ans pour construire une prison :

Dans une première phase, plus de 3.900 cellules devront être construites, en priorité dans les régions connaissant une surpopulation carcérale élevée – Ile-de-France et Provence-Alpes-Côte d'Azur – et dans les régions où les projections de population pénale prévoient une évolution importante: le Sud-Ouest et le Grand-Ouest.

Une perspective déjà dénoncée en septembre par l'Observatoire international des prisons (OIP), le Syndicat de la magistrature (SM, gauche) et la Ligue des droits de l'Homme (LDH), qui y voient « une fuite en avant carcérale ».

À lire >> Cellules supplémentaires : une défaite de la politique pénale

Le chef du gouvernement va ordonner aux préfets de trouver des terrains « dans les plus brefs délais ». Par la suite, ceux-ci devront formuler leurs propositions au Garde des Sceaux avant le 16 décembre. Afin de parvenir à l’objectif du taux de 80% d’encellulement individuel, « 10.000 à 16.000 cellules supplémentaires, pour un budget évalué entre 2,2 et 3,5 milliards d'euros », devront être réalisées selon le Premier ministre. En janvier, Alain Juppé avait préconisé de créer 10.000 nouvelles places de prison sur la durée du quinquennat 2017-2022, pour un coût qu'il évaluait à 1,6 milliard d'euros.

« Parce que la rénovation du parc pénitentiaire s'inscrit nécessairement dans le temps long, je souhaite qu'avant mars 2017 soit établi dans un "Livre Blanc" le diagnostic des enjeux pénitentiaires de la France pour les vingt prochaines années », a souligné Manuel Valls. Un livre blanc que le gouvernement entend préparer avec « la même méthode que celle utilisée pour la Défense et la sécurité nationale » par le passé...


Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents