Rachid Benzine : «  La France doit accepter sa part d’arabité  »

Pour l’islamologue Rachid Benzine, le phénomène Daech interroge les sociétés occidentales dans leur rapport au religieux, à la politique et aux aspirations de la jeunesse.

Pauline Graulle  • 12 octobre 2016 abonné·es
Rachid Benzine : «  La France doit accepter sa part d’arabité  »
© Photo : KENZO TRIBOUILLARD/AFP

Rattaché à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence (master religion et société) et à la faculté protestante de Paris, Rachid Benzine est islamologue et écrivain. Il est également chercheur associé au Fonds Ricœur, où il enseigne l’herméneutique. Quand il était étudiant, il a rencontré à Lyon le prêtre Christian Delorme, avec qui il a écrit plusieurs livres sur le dialogue interreligieux. Depuis deux ans, Rachid Benzine a participé à des recherches universitaires sur le phénomène de radicalisation pour analyser les discours, rencontré des jeunes qui reviennent de Syrie et formé des surveillants en prison. Il vient d’écrire un très beau livre, Nour, pourquoi n’ai-je rien vu venir ? (Seuil), où il met en scène un dialogue déchirant entre un père, professeur d’université, et sa fille qui a rejoint Daech. « Quel affranchi voudrait retourner à son état d’esclave ? Qu’est-ce que nos pays ont à nous offrir ? », interroge Nour quand son père la supplie de rentrer en France.

Votre nouveau livre est une fiction qui rassemble les lettres entre un père, intellectuel arabe musulman, et sa fille, Nour, partie rejoindre Falloujah, un bastion irakien de Daech. Pourquoi avoir choisi une forme littéraire pour parler de ces jeunes Occidentaux qui partent faire le jihad au Moyen-Orient et, parfois, sombrent dans le terrorisme ?

Rachid Benzine : Je suis chercheur, pas romancier. Mais cette fois, après les

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 15 minutes