Réfugiés : Solidarités de terrain

Les centres d’accueil, gérés par l’État, ont besoin des associations pour offrir des conditions dignes aux migrants qui quittent Calais.

Vanina Delmas  • 19 octobre 2016 abonné·es
Réfugiés : Solidarités de terrain
© Photo : Geoffroy Van der Hasselt/AFP

Des dizaines de bus alignés aux abords du camp de Calais. Des files indiennes piétinant sur place, en attendant de monter à bord. Ce sera le signe irréfutable que le démantèlement à la fois tant redouté et tant attendu a commencé. Pour le moment, la date reste incertaine, mais quelques bus ont déjà conduit des dizaines de migrants vers « l’eldorado » des CAO, les centres d’accueil et d’orientation. Présentés comme la réponse nationale aux problème d’accueil, le sésame d’une nouvelle vie pour les migrants et la preuve que la destruction du camp sera une

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 6 minutes