Dossier : 13 novembre : Comment avons-nous résisté ?

13 novembre : Au nom de la sécurité…

Après les attentats, le gouvernement a musclé comme jamais l’arsenal juridique et policier du pays, au mépris des libertés publiques, comme celle de manifester. Et au risque de dérives racistes.

Ce furent les premiers mots du discours de François Hollande devant les parlementaires réunis en congrès à Versailles, le 16 novembre 2015 : « La France est en guerre. » A-t-on bien mesuré alors ce que cette affirmation, abondamment utilisée par Manuel Valls, le PS et la droite dès le soir des attentats à Paris et à Saint-Denis, pouvait, dans la bouche du président de la République, annoncer de mesures exceptionnelles et de remises en cause des libertés publiques ? Pas assez sans doute puisque, ce jour-là,…

Il reste 89% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents